• Presse Ancienne

    Prix Montyon

    Mathilde Alanic remporte le Prix Montyon de l’Académie française à deux reprises. Ce prix est réservé aux ouvrages déclarés les plus utiles aux mœurs. Il a été remis pour la première fois en 1782. Elle le reçoit pour :– Ma cousine Nicole (1903)– Le mariage de Hoche (1929) sources : – Le Journal des débats politiques et littéraires, 20/12/1929 (Gallica)– Le Petit Courrier, 13/06/1903 (Retronews)– Académie française

  • Presse Ancienne

    Décès de sa mère

    En 1915, Mathilde Alanic est au sommet de sa carrière. Elle publie très régulièrement, depuis 15 ans, des romans à succès et rédige de nombreux éditos sur la vie des femmes, en cette période de guerre. Le décès de sa mère, Mathilde Louise Verdun, fait l’objet d’un article dans le Petit Courrier, quotidien régional édité dans les alentours d’Angers. sources : Retronews et Archives d’Angers (via Filae)

  • Presse Ancienne

    1942 – Nicole et les temps nouveaux

    Critique signée Fernand Jabas, poète et instituteur à Court (Jura Bernois), dans le “bulletin bibliographique” supplément de L’Éducateur, hebdomadaire de la Société Pédagogique de la Suisse Romande. Il est membre de la Commission pour le choix de lectures destinés à la jeunesse et aux bibliothèques scolaires et populaires. Le roman de Mathilde Alanic est classé parmi les ouvrages destinés à l’adolescence et aux bibliothèques populaires. Pour l’instituteur, c’est un “très beau livre qui peut être mis entre toutes les mains”. source : E-Periodica (suisse)

  • Presse Ancienne

    1938 – L’Oiseau couleur du temps

    Critique signée Fernand Jabas, poète et instituteur à Court (Jura Bernois), dans le “bulletin bibliographique” supplément de L’Éducateur, hebdomadaire de la Société Pédagogique de la Suisse Romande. Il est membre de la Commission pour le choix de lectures destinés à la jeunesse et aux bibliothèques scolaires et populaires. Le roman de Mathilde Alanic est classé parmi les ouvrages destinés à l’adolescence et aux bibliothèques populaires. Pour l’instituteur, c’est un “excellent livre qui convient à tous les lecteurs”. source : E-Periodica (suisse)