• Presse Ancienne

    Prix Montyon

    Mathilde Alanic remporte le Prix Montyon de l’Académie française à deux reprises. Ce prix est réservé aux ouvrages déclarés les plus utiles aux mœurs. Il a été remis pour la première fois en 1782. Elle le reçoit pour :– Ma cousine Nicole (1903)– Le mariage de Hoche (1929) sources : – Le Journal des débats politiques et littéraires, 20/12/1929 (Gallica)– Le Petit Courrier, 13/06/1903 (Retronews)– Académie française

  • Presse Ancienne

    Décès de sa mère

    En 1915, Mathilde Alanic est au sommet de sa carrière. Elle publie très régulièrement, depuis 15 ans, des romans à succès et rédige de nombreux éditos sur la vie des femmes, en cette période de guerre. Le décès de sa mère, Mathilde Louise Verdun, fait l’objet d’un article dans le Petit Courrier, quotidien régional édité dans les alentours d’Angers. sources : Retronews et Archives d’Angers (via Filae)

  • Presse Ancienne

    Féli

    7 articles de presse : Le Mercure de France   Marie-Claire La Dépêche de Brest Excelsior Le Journal Revue des lecteurs   La revue de Lausanne Le Mercure de France Critique signée John Charpentier, biographe passionné d’histoire et de littérature. Le ressenti du journaliste est peu flatteur et n’incite pas le lecteur à se ruer vers le roman… Source : RetronewsDate : 15 mars 1937 Marie Claire Source : GallicaDate : 12 mars 1937 La dépêche de Brest Critique signée Juillac, pseudonyme  du rédacteur en directeur du journal, Marcel Coudurier. Source : GallicaDate : 18 octobre 1936 Excelsior Source : GallicaDate : 16 novembre 1936 Le Journal Source : GallicaDate…

  • Presse Ancienne

    1936 – Les remous du passé

    Critique issue du Mercure de France, le 1er mars 1936. Elle est signée John Charpentier, biographe passionné d’histoire et de littérature. Le journaliste apprécie ce recueil de nouvelles, mais souligne une certaine monotonie et un manque d’audace de l’autrice. source : Retronews

  • Presse Ancienne

    1935 – Les Danaïdes

    Critique issue du Mercure de France, le 15 juin 1935. Elle est signée John Charpentier, biographe passionné d’histoire et de littérature. Une nouvelle fois, le journaliste reproche à Mathilde Alanic de créer des personnages trop “poussiéreux”. source : Retronews